Si les changements environnementaux mondiaux, y compris le changement climatique, ont mis des décennies à se transformer en urgence, l’année dernière a vu la propagation quasi instantanée d’un virus mortel qui, en quelques semaines, a plongé la société mondiale dans une crise humanitaire et, bientôt, dans une crise économique profonde. La 15e conférence nordique des sciences sociales de l’environnement, organisée par l’école d’études mondiales, sera l’occasion pour les spécialistes des sciences sociales de l’environnement de se rencontrer et de discuter de l’issue des crises.

Dates et lieux

Du 7 au 9 juin 2022, à l’école d’études mondiales de l’université de Göteborg.
Un plan des lieux de conférence sera publié sur le site Web à l’approche de l’événement.
Prochaines dates limites :

Soumission des ateliers : 1er octobre 2021.
Résumés des communications des ateliers : 15 décembre 2021. Les résumés doivent être soumis directement aux ateliers individuels (voir instructions ci-dessous).
Notification d'acceptation : 1er mars 2022.
Dernier jour pour s'inscrire à la conférence et soumettre un article complet : 20 mai 2022.
Conférence à Göteborg, du 7 au 9 juin 2022.

Conférence NESS 2022

7-9 juin 2022 à la School of Global Studies, Göteborg, Suède.

Quand il pleut, il pleut à verse. Si les changements environnementaux mondiaux, y compris le changement climatique, ont mis des décennies à se transformer en urgence, l’année dernière a vu la propagation presque instantanée d’un virus mortel qui, en quelques semaines, a plongé la société mondiale dans une crise humanitaire, et bientôt aussi dans une profonde crise économique. L’urgence Covid-19 sera très certainement un tournant dans l’histoire moderne, mais il est trop tôt pour savoir où la pluie va tomber.

La 15e conférence nordique des sciences sociales de l’environnement (NESS) sera l’occasion pour les spécialistes des sciences sociales de l’environnement de se rencontrer et de discuter de l’issue des crises.

Quelles sont les contributions urgentes des sciences sociales de l'environnement à ces urgences ?
La crise est-elle une occasion d'accélérer les transformations vertes nécessaires depuis longtemps ou un moment de patience, où les ressources devraient être dirigées vers les besoins les plus urgents ?
Ou bien - quelles sont les leçons tirées de la crise de Covid-19 pour une transformation verte ? La "société forte" est-elle de retour sur la scène après des décennies de libéralisation, de commercialisation et de "juste à temps" ?
Quelles sont alors les implications pour la démocratie, la gouvernance, les politiques économiques et les discours publics ?

Alors que l’interconnexion de l’urgence et de la transformation fera l’objet d’une attention particulière pendant la conférence, nous accueillons des contributions dans des domaines liés, mais non limités, au changement climatique, à la biodiversité, à l’alimentation, à l’eau, à l’énergie, à l’extraction des ressources naturelles, à la bioéconomie, à la durabilité rurale et urbaine et à la conservation. Les ateliers de la conférence couvriront divers aspects des sciences sociales de l’environnement, du local au global, des articles empiriques aux articles pertinents pour les politiques en passant par les contributions conceptuelles et théoriques. Comme le veut la tradition de la NESS, les ateliers sont au centre de la conférence, avec beaucoup de temps consacré à la présentation et à la discussion des articles soumis.

Structure de la conférence

La conférence NESS se compose d’une part d’événements communs, tels que des discours-programmes, des panels conjoints et des activités sociales, et d’autre part de plusieurs ateliers. Les ateliers – où des chercheurs débutants et expérimentés se rencontrent et discutent de thèmes communs – constituent l’activité centrale de cette conférence. Les ateliers suivent un format de session permanente (similaire à l’ECPR), ce qui permet des discussions de fond sur les recherches en cours. Les sujets de discussion sont définis par les thèmes des ateliers individuels, et les chercheurs qui travaillent actuellement sur ces thèmes seront invités à participer.

L’objectif général des ateliers est de faciliter et d’encourager la participation et la collaboration entre les sciences sociales, entre les jeunes chercheurs et les chercheurs plus établis et entre les pays. Pour ce faire, la taille de chaque atelier est limitée afin de laisser suffisamment de temps à chaque contribution. Chaque participant doit mener des recherches en rapport avec le thème de l’atelier et être en mesure de soumettre et de présenter un article (ou un travail en cours) pour la discussion ou de participer en tant que discutant. L’ambition de ce format est que les ateliers permettent des discussions approfondies et cohérentes sur les thèmes respectifs et offrent des possibilités de publications conjointes potentielles ou d’autres collaborations continues entre les participants.

Ateliers NESS

Sélectionnez l’atelier qui vous intéresse et soumettez votre résumé de 300 mots maximum à tous les présidents d’ateliers au plus tard le 15 décembre 2021. Lisez le format de l’atelier dans l’appel spécifique à l’atelier. Les présidents répondront aux questions qui ont trait au thème de l’atelier. Les questions de nature générale (c’est-à-dire non spécifiques à l’atelier) doivent être adressées à ness@globalstudies.gu.se.

Sélectionnez l’atelier qui vous intéresse et soumettez votre résumé de 300 mots maximum à tous les présidents d’atelier au plus tard le 15 décembre 2021. Lisez le format de l’atelier dans l’appel spécifique à l’atelier. Les présidents répondront aux questions qui se rapportent au thème de l’atelier. Les questions de nature générale (c’est-à-dire non spécifiques à l’atelier) doivent être adressées à ness@globalstudies.gu.se.

Pour aller plus loin : Conseil en sociologie

Changement transformateur pour une industrie verte :

Expériences et défis nordiques Patrik Söderholm, Université de technologie de Luleå, Hans Hellsmark, Université de technologie de Chalmers Contributions des sciences sociales à l’agenda de la biodiversité. Focus sur les approches, les cadres et les concepts Elizabeth Barron, Université norvégienne des sciences et de la technologie, Trondheim, Håkon B. Stokland, (NINA), Marie Stenseke, Géographie humaine, Université de Göteborg Explorer les initiatives de la base pour les transitions Karin Bradley, KTH Royal Institute of Technology, Erica Löfström, NTNU Norwegian University of Science and Technology, Sofie Tornhill, Linneaus University

Les attitudes en matière de politique environnementale à l’ère des crises multiples Niklas Harring, CeCAR, Université de Göteborg & Steffen Kallbekken, CICERO, Oslo Politique d’innovation verte – explorer les fondements du Green Deal Mikael Skou Andersen, Université d’Aarhus, Rauno Sairinen, Université de Finlande orientale La transition juste et le rôle de l’État Roger Hildingsson, Département des sciences politiques, Université de Lund, Eva Lövbrand, Département des études thématiques : Changement environnemental, Université de Linköping La régénération urbaine en partenariat avec la nature : défis et solutions locales Thomas. B. Randrup, SLU Alnarp Catalina Turcu, Bartlett School of Planning, University College London, UK, Marie Thynell, School of Global Studies, Université de Göteborg, Ylva Norén Bretzer, School of Public Administration, Université de Göteborg Imaginer la transformation : Urgence, secours et espoir dans une période de crises multiples Alexandra Nikoleris, Études des systèmes environnementaux et énergétiques, Université de Lund, Josefin Wangel (SLU), Peter Pelzer, Université d’Utrecht

Que peut apporter la science et que veut la politique ?

Interactions science-politique et action climatique Linda Soneryd et Göran Sundqvist, Sociologie/STS, Université de Göteborg, Erlend Hermansen, CICERO Gouverner une transformation durable – Le rôle de la connaissance, de l’expertise et de la réflexivité des institutions publiques Monika Berg et Karin Gustafsson, section sociologie de l’environnement, Université d’Örebro, Johan Munck af Rosenschöld, Institut finlandais de l’environnement (SYKE), Finlande Gouverner la transformation urbaine durable à faible émission de carbone Olga Stepanova, École d’études mondiales, Université de Göteborg, Maria Figueroa, Département de la société de gestion et de la communication, École de commerce de Copenhague, Danemark Effets psychologiques et comportementaux des situations d’urgence : implications pour la durabilité Magnus Bergqvist, Département de psychologie, Université de Göteborg, Mattias Holmgren, Université de Gävle La gouvernance transformative des océans basée sur les écosystèmes : Expériences et défis nordiques Lena Gipperth, Université de Göteborg, Henrik Ringbom, Université Åbo Akademi

Les sols comme sites d’urgence et de transformation Anna Krzywoszynska, Université de Sheffield ; Ursula Münster, Université d’Oslo ; Daniel Münster, Université d’Oslo ; Janna Holmstedt, Institut royal de technologie KTH/Université de Linköping Les crises du climat et de la biodiversité sont liées : comment comment stimuler des solutions intégrées dans la politique et la gestion ?

Eivind Brendehaug, Kyrre Groven et Torbjørn Selseng, Institut de recherche de Norvège occidentale, Norvège, Sirkku Juhola, Université d'Helsinki, Erik Stange, Institut norvégien de recherche sur la nature
Initiatives de gouvernance transnationale à la frontière entre le climat et la biodiversité
biodiversité   
Michele Betsill, Université de Copenhague, Département de sciences politiques ; Harriet Bulkeley, Université de Durham, Département de géographie et Université d'Utrecht, Institut Copernicus de développement durable ; Stacy Van Deveer, Université du Masschusetts à Boston, Département de résolution des conflits, de sécurité humaine et de gouvernance mondiale.
sécurité humaine et de gouvernance mondiale. 
La crise de l'inégalité :  Politique, pouvoir et intérêts dans le
"développement" des frontières entre la forêt et l'agriculture. 
Grace Wong, Stockholm Resilience Centre ; Maria Brockhaus, Université d'Helsinki ; Thilde Bech Bruun, Université de Copenhague ; Andrea Downing, Stockholm Resilience Centre.
Transformations équitables pour atteindre les budgets carbone
Mikael Karlsson, Département des sciences de la Terre, des ressources naturelles et du développement durable
développement durable, Université d'Uppsala ; Eva Alfredsson, Division du développement durable, Institut royal de technologie, Stockholm ; Charlotte Louise Jensen, Département de la planification, Université d'Alborg, Danemark.
Les innovations démocratiques peuvent-elles soutenir la gouvernance environnementale ? Preuves théoriques et empiriques des défis et des opportunités
Tim M. Daw, Stockholm Resilience Centre, Université de Stockholm ; Naghmeh Nasirtousi, Département des sciences politiques, Université de Stockholm ; Lars Tønder, Département des sciences politiques, Université de Copenhague ; Marina Lindell, Institut de recherche en sciences sociales, Académie d'Åbo.

L’organisateur

L’organisateur, la School of Global Studies, est un département interdisciplinaire composé de plusieurs sciences sociales, dont la recherche sur la paix et le développement, l’écologie humaine et l’anthropologie sociale. Le comité d’organisation est encore élargi pour inclure des spécialistes des sciences sociales de l’environnement de plusieurs départements de l’université de Göteborg et de l’université de technologie de Chalmers. Ensemble, nous souhaitons la bienvenue aux chercheurs nordiques et internationaux à NESS 2022 pour souligner le rôle important des sciences sociales de l’environnement en période d’urgence et de transformation.

Pour aller plus loin : Sociologie